Tarifs Piercing

Services FRS
Lobe avec anneau 30.-
Lobe avec barre droite – 2 bijoux de pose compris 40.-
Nez 40.-
Cartilage avec anneau 40.-
Cartilage avec barre droite – 2 bijoux de pose compris 50.-
Tout autre percing, y compris intime – 2 bijoux de pose compris 100.-
Microdermal 150.-
tous piercing est accompagné d’un savon antiseptique ou d’une lotion buccal 0.-

Histoire du piercing

Le piercing de nez

Le piercing du nez est très attractif et accentue la personnalité d’un visage car il est sa partie la plus proéminente. Leonard de Vinci affirmait que le nez donnait du caractère à tout le visage.
On a retrouvé des traces du piercing du nez au Moyen-Orient, il y a 4000 ans. On le mentionne dans la Bible, Genèse 24:22 alors qu’Abraham demandait à son plus vieux serviteur de trouver une femme pour son fils. Le serviteur trouva Rebekah. Un des premiers cadeaux qu’il lui fit fut un « anneau d’or ». Le mot original en hébreu était Shanf, qui peut se traduire par anneau de nez.

Cette pratique a été suivie par les peuples Berbères, les tribus Beja d’Afrique et les Bédouins du Moyen-Orient, la taille de l’anneau étant en rapport avec la richesse de la famille. Cet anneau était offert par l’homme à sa femme lors du mariage et constituait sa sécurité s’il y avait divorce.

Le piercing de nez fut apporté en Inde durant le 16ème siècle par les empereurs Mongols. En Inde, une perceuse de nez (Phul) ou un anneau (Nath) sont usuellement portés sur la narine gauche. Ils sont parfois accompagnés d’une chaîne qui rejoint l’oreille. Dans certaines régions, les deux narines sont percées. La narine gauche est percée en Inde car elle représente le point associé à ce qu’ils nomment  » Ayuvedra » (en Médecine Indienne) qui se rapporte aux organes génitaux de la femme. Il assure une meilleure fertilité et diminue les douleurs menstruelles.

En Occident, le piercing fit sa réapparition dans les milieux hippies des années 60 suite à leurs voyages en Inde. Il fut ensuite adopté dans les années 70 par les punks et était un symbole de rebellion contre les valeurs conservatrices des parents, employeurs et autres détenteurs du pouvoir.

De nos jours, le piercing est devenu socialement plus acceptable.

Le piercing de langue

Le piercing de langue était déjà pratiqué dans les rituels chez les anciens Aztèques, les Mayas d’Amérique centrale et les tribus Tlinglit d’Amérique. Le piercing de langue était pratiqué pour créer un état de conscience altérée qui permettait au shaman de communiquer avec les esprits.

Le piercing de langue est un des piercings les plus populaires. Il choque, provoque et est utilisé pour les rapport buccaux, piercing intime donc!

Le piercing du lobe de l’oreille

Le piercing du lobe de l’oreille est probablement le premier piercing pratiqué sur terre. Le plus ancien corps momifié du monde fut retrouvé pris dans un glacier autrichien en 1991 et doit avoir plus de 5000 ans. Les lobes des oreilles étaient percés et les trous avaient été élargis jusqu’à 11mm.

Les oreilles furent probablement percées pour des raisons magiques. En effet, beaucoup de tribus primitives croyaient que les démons pouvaient s’introduire dans le corps humain par les oreilles. Ils croyaient également que les esprits et les démons étaient repoussés par le métal, d’où le piercing d’oreilles fait de pièces métalliques pour se protéger de ceux-ci. A Bornéo, le perçage de l’oreille est pratiqué lors de la puberté, une oreille percée par le père et l’autre par la mère étaient un symbole de dépendance de l’enfant à ses parents.

Le perçage de l’oreille est une pratique universelle pour l’homme comme pour la femme. Ce n’est qu’en Occident qu’il revêt un caractère efféminé. A différentes époques de l’histoire, des hommes portaient des boucles d’oreilles, tels Shakespeare et Francis Drake.

Le piercing de la lèvre

Le piercing des lèvres est une pratique largement répandue à travers le monde. Elle remonterait à l’époque des tribus Dogons du Mali et des Nuba d’Ethiopie. Chez les Dogon, il avait une signification religieuse. Ils croyaient que leur ancêtre dont un fil sortait d’entre les dents leur avait donné la parole. D’autres piercing étaient réalisés en ivoire, en métal ou encore en cristaux de quartz.

Chez les Aztèques, les piercings de lèvres étaient réservés aux hommes des castes supérieures. Ils portaient de beaux piercings en or en forme de serpents avec des insertions de pierres comme du jade ou de l’obsidienne (labret en Aztec se dit « Tentetl »). Les indiens d’Amérique et notamment les Inuits du Canada portaient des piercings en ivoire, en os, en coquillage et en bois.

Les tribus Makololo du Malawi portaient de véritables plateaux dans la lèvre supérieure appelés Pelele. L’explorateur Dr. Livingstone demanda à un chef le pourquoi de ce piercing et la réponse fut claire: « Pour la Beauté, les hommes portent des barbes et les femmes des Pelele, que serait une femme sans cela? »

Le piercing du septum

La perforation du septum est probablement la deuxième perforation la plus pratiquée parmi les peuples primitifs après la perforation de l’oreille ou de la narine. Il est probablement aussi populaire que la perforation de nez, avec l’attraction supplémentaire que la perforation peut être étirée et de grands morceaux de bijoux peuvent y être insérés comme les défenses de porc, des morceaux d’os, des plumes, des morceaux de bois, etc…

La perforation de septum est particulièrement répandue chez les guerriers car elle leur donne un aspect féroce. L’utilisation de défenses d’animaux dans le septum est très répandue en Irian Jaya, en Nouvelle-Guinée et aux Iles Salomon, les défenses du porc étant les plus populaires. Certains utilisaient même des os de tibia d’un ennemi massacré dans la bataille.

La perforation du septum était pratiquée par les Aztèques, les Mayas et les Incas. Ils ont porté toute sorte de bijoux mais ceux en or et en jade étaient les plus populaires en raison de leurs significations religieuses. Les Indiens modernes du Panama continuent cette pratique en portant d’épais anneaux d’or pur dans leur septum.

La perforation du septum est également populaire en Inde, au Népal et au Tibet. Un pendentif nommé « Bulak » y est porté. Ils sont parfois si grands qu’ils doivent être soulevés pour pouvoir manger. Au Radjasthan, ces Bulak sont particulièrement raffinés et extrêmement grands.

La perforation du septum a été largement pratiquée par passablement de tribus indiennes nord-américaines. Le nom de « Nez Percés » porté par une tribu de l’état de Washington provient de sa pratique de se percer le septum. Ce nom leur avait été donné par les commerçants de fourrure français. Les aborigènes australiens ont percé leur septum et y ont passé un long bâton ou un os pour aplatir leur nez. Ils pensaient qu’un nez plat pouvait être plus désirable et attirerait les jeunes filles.

Le piercing du nombril

La perforation du nombril est une pratique moderne et n’a jamais été enregistrée dans les cultures primitives. Cependant, le nombril a souvent été considéré comme une zone érogène, en raison de la différence entre les ventres des hommes et des femmes. Les ventres des femmes diffèrent des hommes du fait qu’ils sont plus arrondis dans la partie  inférieure mais aussi plus longs que ceux des hommes, il y a donc une plus grande distance entre le nombril et les parties génitales.

L’invention du bikini en 1953 a causé un grand scandale parce que le nombril était considéré comme sexuellement provocateur. Le bikini a révolutionné la vie des femmes et leur condition. Le processus a été complété par Madonna dans les années 80. La capacité d’afficher leur sexualité en public a donné aux femmes plus de puissance et de confiance en elles-mêmes.

Le piercing du sein

Il semblerait que ce soient les centurions Romains qui furent les premiers à porter des piercing aux tétons afin d’y accrocher leur cape! Si l’on considère combien cet endroit est sensible, cela paraît néanmoins peu probable.

« Au milieu du 14ème siècle… beaucoup de femmes ont soudainement porté de profonds décolletés qui pouvaient presque laisser apparaître la moitié de leurs seins, et parmi les  aristocrates, la Reine Isabella de Bavière a porté des robes au décolleté allant jusqu’au nombril. Cette mode a par la suite amené certaines femmes à appliquer du fard à joues sur les mamelons librement montrés et à poser sur ces « petites pommes du paradis » des anneaux ornés de diamants. « Dreamtime » de Hans Peter Duerr.

Vers 1890, l’anneau de poitrine a été brièvement à la mode en France et s’est vendu chez les bijoutiers de luxe de Paris. Ces « Anneaux de Sein » étaient passés dans le mamelon et quelques femmes en ont porté de chaque côté reliés avec une fine chaînette. Les anneaux ont agrandi leurs mamelons et les ont maintenues dans un état d’excitation constante. La communauté médicale a été outragée par ces procédures cosmétiques parque qu’elle représentaient un rejet des conceptions traditionnelles du but du corps d’une femme. »Anatomie et Destin » de Stephen Kern.

La perforation de mamelon a été  pratiquée par les Indiens Karankawa du Texas. Elle est toujours pratiquée dans les montagnes d’Algérie par les femmes de la tribu nomade de kabylie.

Avantages

Les avantages de faire percer votre mamelon sont identiques aujourd’hui à ce qu’ils étaient pour les dames à la mode de Paris et de Londres en 1890. Il rend les mamelons plus grands, plus sensibles, plus  attrayants sexuellement et leur procure une stimulation constante. La perforation du mamelon est très efficace pour en augmenter la taille (particulièrement chez les hommes)

© extraits traduits du livre « The Piercing Temple » de Cheyenne Morrison Australie 1998. Avec l’ autorisation de:http://www.thfostier.be – merci !

 

Horaires
Lundi fermé
Mardi 12h – 19h
Mercredi 12h – 18h
Jeudi 15h – 20h
Vendredi 12h – 19h
Samedi 13h- 17h
Dimanche fermé
Inside
Av. Ernest Pictet 22
1203 Genève
Tél. + 41 22 344 13 03

AUTORISATION PARENTALE

PDF_icon

Les mineurs qui désirent bénéficier des services de Inside-bodypiercing doivent se présenter avec une autorisation parentale signée par un représentant légal.